pop-up inlettre imgquit-popup

Recevez les activités de Futé!

Cliquez-ici et inscrivez-vous maintenant! C’est gratuit!

over-single-blog-img
À la une

Les peurs des enfants au fil des âges

Quand la peur prend les commandes

Par Joanie Loisel, psychoéducatrice

 

Ressentir de la peur c’est normal, et ce, tout au long du développement de l’enfant. Elle y joue d’ailleurs un rôle important. Mais comment accompagner l’enfant pour l’aider à s’apaiser?

 

La peur c’est d’abord et avant tout une émotion ! Une émotion forte et intense qui est ressentie en présence d’un danger réel ou imaginaire. C’est cette nuance entre le réel et l’imaginaire (danger perçu) qui amène parfois certains parents à ridiculiser certaines peurs vécues chez l’enfant… mais nous y reviendrons plus loin. En règle générale, leurs peurs apparaissent à des moments bien précis au cours du développement de l’enfant. Chose certaine, qu’elles soient réelles ou imaginaires, les peurs doivent être entendues et respectées.

 

La liste des éléments qui peuvent effrayer l’enfant est grande, voire très grande. C’est pourquoi je me pencherai sur les peurs les plus fréquentes et l’accompagnement à privilégier pour celles-ci!

 

Les premières expériences de peur surviennent habituellement vers l’âge de 8-9 mois avec la peur des étrangers. Cette peur est notamment expliquée parce qu’à cet âge le bébé reconnaît les visages des personnes qu’il connait et qu’inversement le fait de ne pas reconnaître un visage peut être effrayant, voire insécurisant. Suivra de près la peur de la séparation, où l’enfant peut pleurer et s’accrocher avec force à un parent pour se sentir en sécurité. Peu importe l’âge de l’enfant, les adultes peuvent aider l’enfant à apprivoiseur ses peurs. Plus l’enfant est en bas âge, plus il a besoin de réconfort physique pour se sentir en sécurité. Tentez de lui apprendre que vous revenez toujours et il finira par le comprendre et l’intégrer. Lorsque l’enfant est bien accompagné, la peur des étrangers et la peur de la séparation s’estompent au fil du temps pour habituellement disparaître complètement vers l’âge de 2-3 ans.

 

Progressivement, de nouvelles peurs gagneront l’enfant dues au développement de l’imagination. L’enfant d’âge préscolaire a une vive imagination et peut avoir de la difficulté à différencier la réalité et le monde imaginaire. C’est pourquoi les monstres qui se cachent sous le lit semblent réels et donc, sont si effrayants! Beaucoup d’enfants ont aussi peur de l’obscurité. Si on combine ces deux peurs à l’heure du coucher = catastrophe assurée! C’est précisément à ce stade qu’il peut être tentant de dire un simple « ça n’existe pas, couche-toi ». À mesure que votre enfant grandit, parlez, mais surtout écoutez. Je vous en supplie, tentez de mieux comprendre le point de vue de l’enfant et assurez-vous qu’il se sente en sécurité plutôt que de dénigrer la peur perçue. La proximité physique (câlins, tenir la main) est toujours d’actualité à cet âge et permet de diminuer la peur perçue, voire imaginaire. Avez-vous déjà entendu parler du vaporisateur anti-monstres? C’est miraculeux!

 

Vers l’âge de 7-8 ans jusqu’à l’adolescence, l’enfant différencie l’imaginaire du réel. C’est pourquoi peu d’enfants de cet âge ont encore peur des monstres qui se cachent dans le placard. À leur stade de développement, l’enfant craint davantage les dangers de la vie réelle, à savoir qu’un voleur entre la nuit par exemple. Il peut également avoir peur des catastrophes naturelles dont il entend parler (tornade, tsunami, ouragan… et la COVID-19 !!!). Comme adulte, vous pouvez aider l’enfant à exprimer ses émotions, discuter des probabilités (du risque réel que ça se produise) tout en accueillant l’émotion vécue.

 

L’adolescent quant à lui vit majoritairement des peurs sociales, c’est-à-dire avoir peur d’être jugé, peur de ne pas être accepté, peur de faire un exposé oral ou encore peur d’intégrer le secondaire. Aidez-le à s’y préparer tout en lui faisant savoir que vous croyez en lui. L’adolescent a besoin d’être supporté par l’adulte (et oui!).

 

En grandissant, l’enfant surmonte les peurs qu’il avait à un plus jeune âge. Ce phénomène n’est en fait que le reflet des processus développementaux. Chouette non? Il n’y a donc pas lieu de s’en inquiéter!

 

Néanmoins, si certaines peurs persistent au-delà de l’âge où elles sont censées disparaître, un questionnement est nécessaire. Par exemple si un enfant de 12 ans qui éprouve une peur irraisonnée des monstres qui se cachent sous son lit ou encore qu’il ne soit pas capable de se détacher d’un de ses parents. À ce moment, il est préférable de consulter un professionnel.

signature-Joanie.png

 



joanieloisel.jpg

À propos de Joanie

Joanie est psychoéducatrice et dirige sa pratique exclusivement auprès des enfants et de leurs familles. Passionnée par la relation d'aide, elle se donne comme mission de rendre accessible à tous les connaissances scientifiques en psychologie de l'enfant. Sa collaboration avec Ton Livre Ton Histoire consiste à vous offrir des articles vous permettant de développer vos connaissances sur la parentalité et tout ce qui l'entoure! 

 

ecureuil-astuce

Offrez à votre enfant une histoire dont il est le héros !

Un cadeau unique et magique! Un souvenir pour la vie!

Partage

N’attendez plus un instant !

princess-contact